ma définition du développement personnel

Ma définition du développement personnel et à quoi ça sert

Bonjour,

Je vous confie ma définition du développement personnel et je vous dis à quoi ça sert dans cet article. Ceci est une définition personnelle, elle n’est pas la seule et toute personne qui s’intéresse à ce domaine du bien-être à sa propre définition.

Le développement personnel est un ensemble de méthodes qui obligent à changer nos mauvaises habitudes en bonnes habitudes et, donc, à changer notre vie en l’améliorant un peu ou significativement. C’est un ensemble de méthodes qui nous poussent à aller bien plus loin dans notre réflexion et qui nous aide à mieux nous connaître pour appliquer les bonnes techniques.

Il y a beaucoup de thèmes de développement : il y a une méthode pour presque chaque type de problème. Les personnes qui ne sont pas heureuses ont des recettes et d’autres qui manquent de confiance en elles en ont d’autres à leur disposition. Celles qui ont beaucoup de choses à régler ont le choix d’aller du plus facile au plus difficile.

Le développement personnel m’a permis d’aller du plus facile (renforcer ma confiance en moi) pour arriver au plus difficile (faire des choix qui me rendent heureuse dans mon quotidien). Cela m’a beaucoup aidé et j’arrive à partager mon expérience sans me rouler en boule en me tordant de douleur sur mon tapis. C’est une grande victoire : ceux et celles qui savent de quoi je parle savent à quel point c’est un progrès.

La souffrance psychique ne peut pas totalement se régler grâce à des recettes car il y a tout de même une très grande part d’intime dans cette souffrance. L’aide d’un médecin est nécessaire dans ce cas-là. Les connaissances en développement personnel ne dénouent pas les nœuds, elles permettent de tendre le fil lorsque le nœud est dénoué.

C’est un ensemble de méthode pour se remettre des problèmes que nous avons rencontrés en faisant en sorte que le même souci n’arrive plus. C’est une méthode douce efficace si c’est suivi au quotidien.

Personnellement, je préfère devenir forte psychologiquement car je serai moins vulnérable en cas de problème. C’est un objectif rassurant même si c’est un travail éprouvant qui demande de la disponibilité et beaucoup d’entrainement et de patience. Mais ça en vaut largement la peine.

Chloé

Admission Post-Bac (APB) : réussir son orientation

Admission Post-Bac (APB)

Devant ses cours

Bonjour vous tous !

Aujourd’hui, nous allons parler orientation professionnelle et Admission Post-Bac (APB). Oui, je sais, je suis passée par là moi aussi. Les parents, les professeurs et maintenant, MOI…. vous avez le droit de me maudire intérieurement. Comme si c’était pas déjà assez stressant de devoir trouver un métier. Il faut en plus trouver le BON, celui qui est fait pour nous et qui nous donne envie de nous lever le matin. Oui, enfin, il y a des jours où l’appel de la couette douillette et chaude se fait quand même un peu sentir , hein ?

Pour y arriver, il vaut mieux progresser par étapes successives et laisser reposer le cerveau entre chacune d’entre elles car votre cerveau se préparera mieux à tout plein d’autres questions bizarres.

Sachez que quoi que vous décidiez, jamais rien n’est définitif. Vous avez droit de choisir un métier pour en changer après si ça ne vous convient plus. Mais c’est mieux de le trouver maintenant, ça évite souvent bien des tracas.

Par exemple :

” -Maman, je t’aime très fort, tu sais. Je peux revenir pour quelques temps ?

-Mais bien sûr ma Chérie ! (Oh non, j’ai déjà mis tellement de temps à la faire partir celle-là…..) ”

Se connaître pour trouver le travail idéal ?

Je ne vous apprends rien, c’est tout le travail que vous aurez à faire si vous voulez réussir à trouver VOTRE voie.

Sans doute que vos parents vous ont déjà suggéré quelques pistes dans le but de vous aider. C’est gentil de leur part de s’inquiéter et de vous dire qu’ils vous aiment. C’est leur boulot de vous soutenir. Mais c’est à vous d’avoir le dernier mot et vos parents, grands-parents, etc. n’ont pas le droit de vous imposer leurs choix, quelque soit la méthode utilisée pour ça. C’EST A VOUS DE CHOISIR.

Gardez toujours en tête que vos parents, grands-parents ont déjà fait leurs choix professionnels et qu’ils ont construit leur vie autour des impératifs que leur impose ce choix. Ils n’ont plus à passer des examens ni à choisir un métier. Aujourd’hui, c’est votre tour.

Mais alors, comment faire ?

Dans cet article, je vous donne quelques pistes pour vous aider à cerner votre personnalité et vos envies.

1- Les tests psychotechniques (fait par un professionnel de santé)

Il est souvent réalisé par un(e) psychologue ou un(e) spécialiste de l’orientation. On vous pose des questions sur ce que vous aimez, quelles sont vos attentes dans la vie, etc. pour essayer de cerner votre personnalité. Ensuite, les tests proprement dits consistent en des exercices qui feront travailler votre cerveau pour décortiquer de quoi se nourrit votre matière grise. Rien à voir avec ” Tu es nul, tu as un QI d’escargot au repos ” (je n’ai rien contre les escargots). Non, c’est plus subtil que ça. Vous allez vous exercer à entrainer votre mémoire, votre logique, votre concentration, vos réflexes cognitifs, votre acquisition des connaissances de base.

Pour ceux qui veulent mettre un nombre sur leur “intelligence”, il y a toujours les tests de QI. En sachant que c’est une donnée qui n’est jamais exacte car soumise aux bouleversements que traverse notre corps.

A l’issue de ces test, vous devriez avoir une idée de ce que vous êtes capable de faire très bien ou un peu moins bien. Mais toujours sans jugement de valeur car nous avons tous un don pour quelque chose sur cette bonne vieille Terre ; il suffit de le trouver. Vous n’êtes pas nul si vous vous êtes embrouillé dans vos calculs. Apprenez aussi à être indulgent avec vous même. Les robots tombent en panne eux aussi.

2- Le point de vue de votre entourage proche

Qui vous connait le mieux que les personnes qui vous voient agir au quotidien ? N’hésitez pas à leur poser des questions et à les sonder pour avoir leur avis sur des choses qui sont importantes pour vous.

Au lycée, vous rendez des copies et vous avez des retours sur votre travail. Servez-vous en pour avoir des indices sur vos points forts et vos points faibles.

Votre famille, vos amis vous font des reproches ou des éloges ? Analysez et essayez de savoir pourquoi. Sachez faire la différence entre les critiques constructives et les propos abusifs.

3- Les fiches ONISEP et le CIDJ

Vous avez réussi à cerner vos atouts et vos points faibles ?

Alors, il est temps pour vous de passer du temps au CIDJ (Centre d’Information et de Documentation Jeunesse). Commencez par vous baser sur ce que vous savez de vous pour élaborer votre projet professionnel. Faites des listes de métiers qui vous attirent. Vous avez le droit de mettre tout ce qui vous passe par la tête. Au CIDJ ou sur Internet, consultez les fiches métier et commencez à faire une sélection en faisant une croix devant les professions qui correspondent à ce que vous êtes capable de faire et à ce qui vous motive dans votre vie.

Ensuite, faites un tableau avec deux cases : une pour le métier et une autre ou vous attribuerez une note de 1 à 10 au métier en fonction de ce que vous avez vu sur les fiches métiers.

Laissez-vous quelques jours, quelques semaines sans toucher votre tableau et lorsque vous vous sentirez prêt(e), regardez à nouveau votre tableau et refaites une sélection jusqu’à ce qu’il n’y ait plus qu’une ou deux possibilités où vous avez mis 10 de préférence. Aimer son métier, c’est mieux.

Vous n’avez plus qu’à vous renseigner sur les études et faire connaître vos choix sur APB.

4- Parcours Mission Locale

Pour les indécis, (ou les autres aussi), il y a la possibilité de faire un parcours d’orientation par la Mission Locale. Vous trouverez l’adresse sur Internet.

Grosso modo, vous allez être épaulé et guidé dans votre parcours d’orientation par des professionnels dont c’est le métier. Ce sera à peu près le même travail que précédemment avec des méthodes un peu différents mais tout aussi efficace.

5- Internet : vrai ou faux ami ?

On y trouve de tout, du bon comme du mauvais. Des informations véridiques comme des propos insultants envers des personnes. Il faut toujours penser à prendre cet outil avec des pincettes et aller vérifier ailleurs lorsqu’il y a un doute ou quelque chose qui n’est pas clair pour vous. Google ne détient pas la vérité puisque le contenu de la plupart des sites n’est pas vérifié avant leur parution. Et que nous autre humain, nous ne détenons pas le Savoir.

N’hésitez pas à me laisser vos questions en commentaire, je me ferai un plaisir d’y répondre.

Bonne journée !

Pourquoi avoir fondé mon blog Belle & Epanouie ?

 

Pourquoi avoir fondé mon blog Belle & Epanouie ? C’est mon moyen d’assouvir ma grande passion : l’écriture. Je tape mes textes à l’ordinateur, je les modifie, je les relis, je les publie et vous pouvez les lire. Si la vie avait été plus facile pour les écrivains, j’aurai volontiers fait ce métier, ou plus exactement, je l’aurai exercé avec une immense joie et une motivation à toute épreuve. Mais la vie étant ce qu’elle est, je n’ai pas encore eu l’occasion de me lancer dans la grande aventure.

Je me suis toujours beaucoup mieux exprimée à l’écrit qu’en face à face. Lorsque les émotions que je ressens me perturbent, j’ai tendance à perdre mes moyens. J’y travaille et ce blog m’aide aussi pour ça.

Vous l’aurez compris, l’écriture est ma grande passion. Je m’amuse bien quand je suis en train d’écrire sur mon cahier ou à faire mes articles ici-même. Je suis tombée dans la marmite quand j’étais petite et je n’ai pas besoin de solution miracle pour assouvir ma passion. De toute façon, il n’y a pas des milliards de solutions et pas de plan B non plus quand on veut s’y mettre sérieusement. Il faut un papier, un crayon et se lancer en n’ayant pas peur de s’exprimer et de prendre le risque de déplaire à certains.

Oui, oui, je vous vois venir avec vos gros sabots : pourquoi ne pas essayer d’écrire un livre dans ce cas ? Pour la réponse, je vous renvoie à mon article Comment faire publier son manuscrit ?

Pour être honnête, j’ai déjà des manuscrits qui sont prêts mais moi je ne le suis pas encore tout à fait….Mais j’y travaille. Retrouver ma confiance est en passe d’être achevé et j’ai passé le cap de vouloir produire quelque chose pour essayer de le faire publier. C’est un grand pas dans la bonne direction. Ce qui me fait peur ? Me jeter dans le grand bain sans brassards, encore et toujours. Sortir de ma zone de confort mais le blog me force à le faire.

La parole n’a pas plusieurs façons d’exister. On s’exprime violemment ou avec respect, il n’y a pas d’autre alternative. L’écriture apporte des nuances au discours. Elle a plusieurs styles, plusieurs manières de fonctionner. La nouvelle ou le roman ont une construction libre tandis que la poésie est réglée par la métrique. L’écriture s’adapte à toutes les personnalités.

Dans quelles circonstances le blog est-il né ?

À vrai dire, j’y pensais depuis longtemps. J’ai pesé le pour et le contre pendant de nombreux mois et je me suis dit que c’était maintenant ou jamais. Je voulais faire quelque chose de nouveau pour inaugurer en beauté une nouvelle décennie de ma vie. Voilà, c’est chose faite. 2017 est l’année ou je m’autorise à prendre des risques pour sortir de ma zone de confort et, enfin, réaliser une partie de mes rêves de minote (mot marseillais pour petite fille).

Je ne suis pas en train de dire que je n’ai jamais écrit de ma vie. Je confesse avoir effacé quelques manuscrits de mon disque dur par peur de les envoyer et d’avoir des réponses négatives. C’est dépassé à présent, je vais imprimer celui que j’écris actuellement. Il plaît tant mieux ; il ne plaît pas, tant pis. Je réimprime et je renvoie une fois les points litigieux arrangés. J’en suis capable.

Surmonter les épreuves

 

1- Anticiper

La première chose, et surement la plus importante, est d’anticiper, c’est-à-dire, prendre des dispositions pour que la pluie cesse. Car la pluie ne s’arrête pas toute seule dans ce cas-là. Je conseille toujours à mes proches d’anticiper ce qui risque de se passer pour qu’une fois que c’est arrivé, il y ait déjà des solutions prêtes à être mises en place immédiatement. Réunir les preuves d’un harcèlement avant d’être licencié ou mis au placard par exemple.

Pour anticiper, il n’y a pas besoin de déplacer les montagnes. Il suffit d’analyser correctement la situation pour savoir ce qui ne va pas et trouver des solutions pour pouvoir y remédier en amont. Comme ça, l’effet de surprise sera moins dévastateur si vous avez commencé à prévoir la suite que si vous vous retrouvez sans rien du jour au lendemain.

Néanmoins, cela demande d’avoir une certaine dose de lucidité et de ne pas se laisser berner par les personnes qui vous entourent et qui, sans doute, vous disent qu’il n’y a pas de problème.

2- Guérir

Lorsque la situation devient trop pesante, il vaut mieux aller en parler au médecin généraliste qui pourra vous orienter vers un spécialiste ou autre professionnel de santé. Ne JAMAIS laisser des symptômes apparaître sans s’en occuper, c’est peut-être le signe d’une maladie qui n’est pas forcément uniquement d’ordre psychique (même si c’est un choc émotionnel qui l’a engendrée). Je pense aux maladies psychosomatiques par exemple. Elles peuvent se manifester de différentes façons mais toujours avec des symptômes physiques

Tableau récapitulatif des réactions en chaine du traumatisme initial aux manifestations physiques

Résultats de recherche d'images pour « organes touchés par les maladies psychosomatiques »

Principaux organes touchés par les maladies psychosomatiques

 

 

Je suis allée sur ce site en cherchant des réponses un jour ou j’avais des douleurs que je n’arrivais pas à expliquer et je suis tombée sur ces explications. Ce site est vraiment très bien fait et il est écrit de façon très claire, ce qui est franchement appréciable je trouve. Je vous encourage à aller y jeter un œil.

Maladies psychosomatiques

3- Pluie ou typhon ?

A savoir : parfois la pluie continue de tomber pendant longtemps mais ça ne veut pas dire qu’elle ne s’arrêtera jamais.

En attendant, il faut essayer le plus possible de garder une vie normale : aller boire des verres avec des amis, aider un pote à monter son blog, discuter de trucs de fille avec sa meilleure amie (je suis une fille), aller faire les magasins (avec modération, hein ?), prendre soin de soi, etc. Tout ce qui peut apporter du bien-être est à essayer. Lorsque la vie est cruelle, je m’autorise cinq petits plaisirs par jour et je diminue progressivement jusqu’à un seul quand ça va mieux et que la tempête est passée.

De toute façon, la pluie est là et elle ne s’arrêtera pas toute seule. Alors autant éviter qu’elle se transforme en typhon dévastateur…

Je vous souhaite un bon weekend et je vous souhaite d’être heureux, vous le méritez (et moi aussi).

Chloé