Mois : octobre 2019

La procrastination

Citation sur la procrastination
Citation sur la procrastination

Bonjour,

La procrastination est de toute sorte ; elle est en tout cas toujours envahissante et elle inspire nos actions de façon intrusive. La procrastination nous empêche de faire des choses importantes pour nous ou pour nos proches. « Je ferai ça demain » : on se l’ait tous dit mais ce n’est pas la meilleure des solutions.

On a tous des choses dans la vie qui font que nous ne pouvons pas toujours exécuter ce que nous avions prévu de faire. Dans ces cas-là, il faut se forcer même si le cœur n’y est pas. Généralement, l’appétit vient en mangeant comme dit l’expression. Alors, pourquoi repousser quelque chose qui est à votre portée, là tout de suite ?

La vie est faite de choses que nous n’avons pas envie de faire de prime abord. Et puis, au fur et à mesure de l’exécution de la tâche, le plaisir peut arriver. Il faut une demie heure à un coureur pour qu’il ressente des bouffées d’adrénaline et qu’il rentre dans un monde de plénitude. Eh bien, là c’est pareil. Forcez vous le jeu en vaut la chandelle.

La procrastination se soigne même si là tout de suite, ça paraît être une trop grosse montagne à franchir. Si si, je vous promets, ça se guérit. J’en suis la preuve vivante. Bien sûr, il faut faire beaucoup d’efforts mais c’est tellement chouette une fois que les vieilles habitudes sont effacées ! Je vous encourage fortement à regarder autour de vous et à apprendre des autres.

Notre vie sur Terre est pleine de rebondissements et de montagnes à franchir pour aller plus loin. Mais une fois que c’est fait, il ne reste plus qu’à savourer et à admirer le travail fourni avec un verre de citronnade à la main. J’ai réussi alors pourquoi pas vous ? Je suis sûre que vous allez réussir.

A bientôt pour un nouvel épisode,

Chloé

Pour que ça reste un plaisir…

 

Et si ça restait un plaisir ?
Et si ça restait un plaisir ?

Bonjour,

Aujourd’hui, j’ai décidé de n’en faire qu’à ma tête. Je suis de meilleure humeur comme ça. Et puis, c’est le weekend alors tout est permis. J’avais déjà commencé à aborder le sujet dans un autre article. Mais ce soir, j’ai la flemme et la fée de la pleine lune est arrivée hier du coup je suis fatiguée et pas de très bonne humeur. Les femmes savent ce dont je parle et la fée de la pleine lune frappe régulièrement à leur porte.

Pour qu’écrire des articles reste un plaisir, je ne suis pas encore prête à faire des concessions. C’est tout ou rien. Je pense que je vais essayer de changer un peu ma façon de faire parce que je devrais être sous ma douche, j’ai eu toute la semaine pour le rédiger et je n’ai absolument rien fait. Je procrastine trop et ce n’est pas bon du tout pour moi  Dans un peu moins de trois mois, nous passons dans une nouvelle décennie et je souhaite m’améliorer parce que je ne suis pas parfaite. Arrêter de remettre les choses au lendemain serait une bonne chose.

Pour ce qui est des sujets de blog, je souhaite rester dans le domaine de la psychologie puisque c’est mon violon d’Ingres mais peut être que je n’aborderais plus trop le sujet de la perversion narcissique. Sauf si j’ai des questions là-dessus. J’y répondrai avec plaisir bien au contraire mais ça ne viendra peut être plus de moi spontanément. J’ai vécu ce genre de relation, j’ai survécu mais j’ai encore des séquelles et en parler me fait mal pour l’instant. Je préfère m’arrêter là et reprendre ce sujet quand j’irai mieux par rapport à ça.

Je vous souhaite tout le bonheur du monde et que quelqu’un vous prenne la main pour vous emmener dans ses bras pour toujours.

A bientôt

Chloé

Etre fatigué : quand c’est dans la tête

Fatigue mentale
Fatigue mentale

Bonjour,

Ces derniers temps, j’ai été très fatiguée d’ou le fait qu’il y a eu du retard dans l’apparition des articles. Veuillez m’en excuser.

Comment allez-vous du coup ? Vous pouvez me répondre en commentaires, ça me ferait très plaisir de lire vos réponses. Le coup de fatigue n’est plus à son paroxysme, j’ai survécu une fois de plus.

Comment j’ai fait pour surpasser cet état de fait ?

Je ne m’apitoie pas sur mon sort. Je pleure un bon coup avant d’ouvrir les yeux sur la situation et je me mets à combattre face aux événements de la vie comme ils viennent et je m’adapte quand ils arrivent. Je ne suis pas joyeuse tous les jours mais le temps fait bien son oeuvre en ce qui me concerne. J’arrive encore à regarder les avantages et les désavantages de la situation que je suis en train de vivre. C’est une grande épreuve mais je survis en attendant mieux. J’ai toujours appliqué cette méthode avec succès. Parfois, les larmes reviennent et je considère ça comme bénéfique quand j’en ai besoin.

Au fur et à mesure que je guéris de ma blessure, je vois de plus en plus le verre plein avant de recommencer à vivre en étant souriante et avenante. Certaines personnes ne montrent pas leur chagrin, ils ne réagissent pas comme ils devraient mais chacun réagit différemment face aux épreuves. Généralement, les hommes réagissent moins que les femmes face au malheur. Mais il y a des hommes plus sensibles que les autres et qui expriment leur douleur en pleurant mais jamais pendant longtemps. J’en connais. Ils font preuve de beaucoup de courage parce que ce n’est pas dans les mœurs que d’avoir quelque chose d’autre qu’un grand silence quand l’événement pointe le bout de son nez.

Je vous souhaite de vivre une vie heureuse et pleine de belles surprises.

A la semaine prochaine,

Chloé

 

J’ai fait un rêve

Interprétation du rêve
« Interprétation du rêve » de Freud

Bonjour,

Je vous parle aujourd’hui d’un monde qui n’existe pas en Occident (dixit la chanson de Yannick Noah). Je vais vous parler d’un rêve que j’ai fait et qui m’a pas mal perturbé.

Bienvenue chez les bisounours ! Non, je plaisante. C’était tout le contraire. Je vous parle d’une guerre interminable. J’ai fini par la gagner, heureusement. Je n’étais pas la méchante de l’histoire, juste quelqu’un de transbahuté ici et là. Oui, je sais que nous sommes en paix depuis des décennies mais il n’empêche que je fais ce genre de rêve souvent. Comme si j’avais vécu ça en vrai. Mais non, en fait.

Je me vois avec un uniforme militaire et une arme à la main courant vers l’ennemi. La peur m’étreint de tout mon corps et je transpire fort. Je cherche mon déo et je ne le trouve pas. Je sue de plus en plus fort jusqu’à me transformer en flaque d’eau. Je garde ma conscience tout de même. Je ne veux pas que les autres trouvent la solution que j’ai trouvée pour survivre. Voilà, le rêve s’arrête là.

Je vous vois venir avec vos « mon dieu, elle doit se faire soigner ». J’en suis consciente, merci mais je ne prends pas rendez-vous parce que mes cauchemars sont tout ce qu’il y a de plus sains à part ça. Je n’ai pas besoin d’analyses de rêves, je ne suis pas aussi catégorique que ça.

Les rêves et les cauchemars sont des processus naturels pour évoluer dans la vie. Ils nous montrent la voie vers ce que nous devons devenir. Les cauchemars, tout comme les rêves, ont une signification particulière qui se basent sur quelque chose qui fait mal au départ. Les rêves ont un sens plus light mais ils ont aussi une signification précise.

Pour les intéressés qui veulent approfondir leur connaissance, je vous conseille le livre « L’interprétation du rêve » de Freud.

A dimanche prochain !

Chloé